Évalué par Martin Vigneault

61.4% alc./vol.
Distillerie Bunnahabhain, Port Askaig, Islay, Écosse

“Beware of the monster”

Un autre bel embouteillage de la SMWS passe sous la loupe. Grâce à Québec Whisky, nous pouvons savourer un Bunnahabhain 6 ans. J’aurais aimé que le premier Bunnahabhain de ce site soit un embouteillage officiel de la distillerie, mais bon on ne peut pas tout avoir. Je peux toutefois confier à Brian Cox le soin de vous apprendre à le prononcer.

Si vous ne connaissez pas la SMWS vous pouvez continuer à lire. Si vous préférez passer directement à l’évaluation de cet embouteillage, vous pouvez sauter les deux prochains paragraphes encore une fois sans problème.

La Scotch Malt Whisky Society, ou SMWS, est le plus grand club de whisky au monde, avec plus de 26 000 membres répartis dans 16 pays. Avec leurs racines au Royaume-Uni, ils sont tellement étendus qu’ils peuvent se permettre d’acheter des fûts de whisky et de les embouteiller afin de les vendre exclusivement à leurs membres.

Toujours des single casks, embouteillés cask strength, sans aucune mention de la distillerie, leurs expressions sont toujours très prisées et encensées. Bien que le pourcentage d’alcool et l’âge du whisky soient indiqués sur la mystérieuse bouteille, aucune mention de la distillerie d’origine ne s’y retrouve. Le seul indice de son origine est sous la forme d’un cryptique code impossible à déchiffrer à mois d’avoir accès à la légende appropriée.

Ce jeune Bunnahabhain de 6 ans a été distillé le 25 mai 2005 et vieilli en ex-fûts de bourbon, pour un total final de 229 bouteilles.

Comme le disait si bien justement l’acteur écossais Brian Cox (1946-):

Tout homme s’offre le luxe inestimable de prononcer son premier et son dernier mot.

Teinte d’huile de canola coupée à l’eau.

Nez:
Céréale jeune et alcoolisée au départ, suivie d’une espèce de tourbe un peu maladroite. Une mélasse de new make plane au-dessus du portrait.

Bouche:
Extrêmement jeune et épicé. Vanille, fleurs et fond d’alambic métallique. Mélasse et anis, ça goûte le new make à fond.

Finale:
Chaude mais raide. Un peu de chêne et beaucoup de poivre. Restant de métal peu invitant.

Équilibre:
Une chance que c’est un cask strength parce que dans le cas d’un Bunnahabhain, on dirait que 6 ans ce n’est clairement pas assez.

Note: ★★★★★

%d blogueueurs aiment cette page :