Ces produits seront disponibles en ligne jeudi matin prochain (3 octobre 2019).

JP Wiser’s Tripple Barrel Rye 43,4% – 30,75$

CSW : Ce whisky est issu d’un mélange de maturation en fûts de plusieurs remplissages, de fûts d’ex-bourbon de premier remplissage et de bois neuf. Une texture crémeuse mélangée aux arômes typiques du rye, mais cette fois avec un fini plus poli qu’à l’habitude. Excellent rapport qualité-prix.

QW (2018) : Maturation en 2nd fill whisky cask, virgin oak cask et first fill bourbon cask.
André 87.5%Wow, quel beau nez; raisins mauves frais, fruits séchés, framboises, réglisse, touche de chêne crémeux et chocolaté. Délicate texture en bouche, huileux et crémeux, mélanges de lait au chocolat, de fruits séchés, raisins secs, rye poivré et réglisse, cassonnade et sirop d’érable encore une fois, planche de cèdre et épices. Le rye est présent mais discret, pas en coup de poing en pleine gueule. Finale un peu courte, vanille, sirop d’érable, passablement de caramel, planchette de cèdre rouge, texture tellement douce, fruitée et finement épicée. Bucket list dans la catégorie moins de 30$. BUY!!!
Patrick 86%Un très bon whisky, un rapport qualité/prix exceptionnel. Le genre de whisky qui se boit straight, sans prétention, ou en mixer, sans verser une larme. Nez : Beau parfum de seigle épicé, bien balancé avec du caramel sucré, un peu de chêne et une touche de vanille. Bouche : Les épices du rye et du chêne brûlé sont délicieusement entremêlées, avec un soupçon de caramel et de vanille pour équilibrer le tout. Finale : D’une belle longueur, s’étire sur les épices et une touche de sucre.
Martin 88.5%Nez: Pâte de fruits, chêne, vanille et chocolat. Caramel, rye et sirop d’érable. Bouche: Ample et savoureux. Légères épices, chocolat au lait, raisins, bois, caramel, et fruits rouges. Avalanche de seigle. Finale: Belle chaleur longue, bois, rye et caramel. Vanille et fruits rouges. Équilibre: Un rye d’une superbe qualité de construction, un prétendant de choix pour la palme du meilleur rapport qualité/prix de l’année.

Nikka From The Barrel 51,4% – 66,00$

CSW : Belle puissance de whiskys de grains; caramel, vanille, sucreries et gâteau aux épices. Des noix grillées à sec dans une poêlle fumante. Oranges juteuses. Belle complexité de saveurs.

QW (2012) : Élaboré à partir des single malts des distilleries Miyagikyo et Yoichi et d’un whisky de grain.
André 87%Plus aigu et franc au nez que d’habitude (et surtout très volatile) tout en livrant une belle mixture douceâtre de framboises et de cassonade. Apparait ensuite un léger crescendo toasté. La bouche est davantage fruitée; fruits confits et une forte pointe d’oranges malheureusement trop passagère menant à une finale très épicée se transformant sur les grains secs.
RV 91.5%Dans un jukata à pattern fade et de couleur terne, une petite nippone métissée extraordinairement sexy, qui tient davantage de la foret enneigée d’Hokkaido que des plages torrides d’Okinawa. Mélange de bourbon et de canadien (Forty Creek Barrel Select) avec de l’orange qui sort entre les deux, avec un peu de miel brulé et puis après avoir respiré, un caramel terreux. L’arrivée est plutôt sauvage, un Glenrothes cask strength toujours avec l’orange. Plus tard en finale, ce sont les feuilles mortes et de la cannelle fraiche. Aftertaste un peu plus monotone mais se réveille végétalement une vingtaine de secondes plus tard, avec les feuilles et du bois humide. Très appréciable par sa qualité de blend facilement décomposable, elle aurait scoré encore plus haut si ce n’était de l’arrivée en bouche un peu trop simple.
Patrick 90%Nez de whisky canadien, marqué légèrement par l’orange. Un nez chaleureux comme on les aime, mais qui n’apporte rien de bien nouveau. Au goût par contre, wow ! Quelle arrivée en bouche ! Gâteau aux fruits qui sort du four, cerises, caramel, un peu d’épices… Et en finale, une légère pointe de fumée. Globalement, un très bon whisky, idéal pour l’automne ! Superbement équilibré, très chaleureux, vraiment agréable à boire et boire et boire… Ce qui est plutôt traitre compte tenu qu’au goût, on ne sent pas du tout le taux d’alcool si élevé. Et il n’y pas que le taux d’alcool qu’on a de la misère à croire : Est-ce vraiment un blend ? Aussi intense, on pourrait presque en douter, un dirait plutôt un excellent single malt du Speyside.

Old Pulteney 12 ans Single Malt Scotch 40% – 78,25$

CSW : Ce whisky emblématique provient de la distillerie située la plus au nord de l’Écosse (excluant les îles). Cet environnement frais et salin apportent beaucoup de fraîcheur au whisky, avec des notes dominantes de caramel salé frais et de beurre. S’apprête à la perfection avec des huîtres si vous n’aimez pas les whiskys fumés et/ou tourbés.

QW (2013) : A considérer uniquement la situation géographique, un environnement rude, balayé par les vents qui peuvent être violents, on se dit que l’emplacement choisi ne fut peut-être pas le plus judicieux ; d’un point de vue économique par contre, une ouverture sur la mer permettait à une certaine époque de transporter aisément les éléments nécessaires vers la distillerie et de convoyer le précieux nectar vers le sud. Fondée en 1826 par James Henderson, Pulteney profita d’une main-d’œuvre importante du fait de l’intensification de la pêche au hareng au XIXème siècle ; ainsi nombre d’employés utilisaient leur savoir-faire à la fois pour le whisky et le hareng. Les tonneliers notamment qui fabriquaient les tonneaux permettant de conditionner les harengs marinés vers l’Allemagne et la Russie ou du whisky pour leurs frères écossais. Entièrement rénovée en 1959, Pulteney intégra finalement le groupe Inver House Distillers en 1997. Le centre d’accueil pour les visiteurs date seulement de l’an 2000. Pulteney possède de gros alambics ventrus prolongés par une tuyauterie complexe.
André 87%Un bol de fruits savouré sur le bord de la mer. Superbe nez à la fois salin et fruité, livré à travers de belles vagues de nectarines, citron et de cantaloups. Tout ce beau mélange est ceinturé d’un filet de sel. La bouche est moins belle qu’espérée, le nez étant supérieur à l’attente. Le sel ressort aussi de façon plus expressive en bouche, mais sans étourdir les belles arômes de fruits qui demeurent en sourdine tout en gardant leur importance. L’alcool monte par la suite, une bonne marée apportant avec elle cette belle mixture de sel et de cantaloups. Celle-ci s’estompe pour laisser la place au duo sel / piquant alcoolisé. Cette finale vous surprendra par sa facilité à garder la note si longtemps. Une belle surprise et une belle façon de se préparer aux whiskies plus musclés.
RV 85%À prendre sur le quai avec le capitaine. Salin mais les algues sont un peu trop fortes pour mes narines. Tout aussi maritime en bouche, on ne goûte la tourbe d’algue qu’en gorge. La finale voit un fruité (framboise) effleurer les parois de la gorge de manière subtile. Assez typée, c’est le genre qui ne crée pas de grandes vagues mais qui se prend vraiment bien.
Patrick 85%Trèfles, algues et un peu de sel. En bouche plutôt huileux, très salé, un peu d’algues avec une touche de fruité. La finale est un peu trop sucrée, probablement pour rassurer les sirènes. On dirait presque un verre d’eau de mer, mais en meilleur! Définitivement un scotch maritime, qui, après quelques drams, réveillera le Capitaine Bonhomme en vous. Avec quelques points d’alcool de plus, la note aurait aussi été .élevée de quelques points de plus…
Martin 89.5%Je qualifierais sa couleur d’une teinte à mi-chemin entre l’or profond et le rosé du sherry amontillado. Nez: Algues et fleur de sel. Agrumes, plus particulièrement zeste d’orange sanguine. Assez minéral avec des notes de poivre blanc. Bouche: Très doux, lavande sucrée, fleurs et savon. Touches de caramel et de cacao. Orge juteuse, pomme de tire et anis étoilé. Finale: Légère chaleur épicée. Vent de persil. Curieux. Chêne fumé. Équilibre: Excellent équilibre entre sucré, salé, acide et boisé. Une distillerie à découvrir.

Nikka Taketsuru Pure Malt 43% – 80,00$

CSW : Un des meilleurs producteurs de whisky du Japon, la qualité offerte à ce prix est de loin meilleure que ses concurrents à la SAQ. Une belle richesse, légèrement fumée et caramélisée.

QW (2016) : Cette version a remplacé le 12 ans dans la plupart des marchés occidentaux.
André 84%La forte demande et le manque d’inventaire pousse définitivement le marché vers la production de whisky ‘’no age statement’’ et la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Mais dans le présent cas, on a le droit à un whisky qualité correcte à un prix raisonnable… mais tout de même semblable au 12 ans d’âge que remplace cette édition. Et c’est là que le bas blesse; pas quand on déguste le whisky lui-même mais plutôt lorsque l’on compare le prix de celui-ci sans mention d’âge avec l’ancienne édition de 12 ans d’âge. Nez salé et de cerises provenant des fûts de sherry, raisins secs. Forte odeur de caramel au sel et de sucre caramélisé, de miel, poires poêlées, de poivre moulu et de chocolat. Légère fumée comme toile de fond. Présentation manquant de un peu finition et de soucis des détails, cachée par le caramel pas très subtil. Mais l’éventail de la palette aromatique est agréable et challengeante. Les notes de poivre semblent émerger avec plus de force au fil des gorgées, la fumée aussi qui s’est dégènée et danse maintenant avec le caramel surchauffé et le sherry un peu frivole. Puis volée d’agrumes en finale de bouche, poires, oranges, raisins secs et vanille.
Patrick 83%Un bon whisky, mais le 12 ans me semblait supérieur. J’avoue avoir l’impression qu’on tente de m’en passer une « p’tite vite » en enlevant la mention d’âge sans changer le look de la bouteille ou le prix! Nez : Parfum assez intense avec des arômes de caramel salé, de fruits exotiques ainsi que quelques notes rappelant une tasse de thé. Bouche : Toujours la caramel salé, avec une pointe de fumée, les fruits exotiques et le thé. Finale : D’une longueur moyenne et fumée.

Caol Ila 12 ans Single Malt Scotch 43% – 85,50$ Exclusif SAQ Signature

CSW : Une des distillerie d’Islay qui se fait des plus discrètes, comparativement à ses voisins. Ayant un style de tourbe bien particulier, elle ne fait pas l’unanimité. Avec ses notes intense de pétroles, de bitume et de fumée industrielle, elle nous apporte des arômes d’algues, de plantes médicinales et d’herbes aromatiques comme les feuilles de vignes et de Laurier. Encore une fois, une distillerie qui nous emmène vers d’autres horizons avec rigueur et qualité.

QW (2013) : Single malt tourbé de l’île d’Islay. Caol Ila est le nom gaélique du “Sound of Islay”, le bras de mer qui sépare l’île d’Islay de sa voisine, Juara, dans l’une des régions les plus sauvages de la côte occidentale écossaise.
André 87%Superbe. Dommage qu’on ait pas accès si souvent à leurs produits car ils sont de vraiment bonne qualité. Peaty, fumé et complètement Islay ! Wow !
Patrick 91%Au nez, fumée, tourbe, wow! Au goût, Wow! Ca c’est pourquoi j’aime le whisky! Fumé, tourbé, un peu épicé, le tout se combinant admirablement bien. Attention, on a tendance à le boire trop vite! De loin le meilleur rapport qualité prix pour Caol Ila. 2eme tasting: 88%: 2ème dégustation : Nez : Tourbe. Goût : Tourbe, fumée, fraises en gelée! Finale marquée de tourbe, de légères épices, de fruits et de fumée. Simple, efficace, idéal au bord du feu l’été.
Martin 88.5%Nez: Tourbe mielleuse et citronnée. Malt vanillé et grillé, fumée et bois. Quelques fruits tropicaux discrets. Bouche: Fraises et fumée de tourbe. Belles épices qui essaient de prendre de la place, tel un cask strength. Chêne et céréales grillées. Finale: Assez longue, bien boisée et fumée, bien sucrée et épicée. Chaleur agréable. Équilibre: Un excellent Islay, qui ne cherche pas à impressionner outre mesure, mais qui marque tous les points aux bonnes places. Achetez en quand ça passe.
RV 87.5%Comme le décolleté d’une belle fille mal pourvue; toujours agréable à considérer, mais souffre d’un manque de profondeur. Tourbe et jus de raie. L’arrivée est assez nulle, un peu crasseuse, mais un peu comme PC6 peat peat peat peat… et encore?

Armorik Maître de Chai Sherry Cask Single Malt 46% – 90,75$ Exclusif SAQ Signature

CSW : Distillerie bretone. Vieillissement de 7 ans en ex-fûts de Xérès Oloroso. Légèrement fumé, assez riche et complexe, dans un beau mariage de saveurs. Mélange classique entre le Xérès Oloroso et de légère fumée.

QW (2018) : Patrick 91%Impressionnant, surtout que n’ayant jamais aimé les whiskys de cette distillerie, je m’attendais au pire. Mais ici, je vais même m’en acheter une bouteille sur le champ, surtout que le rapport qualité/prix est excellent. Nez : Appétissant parfum de biscuits sablés avec une touche de confiture aux petits fruits des champs. Bouche : Envoûtante, avec des fruits et une surprenante fumée enveloppante et une surprenante mais délicieuse note de cuir. Wow. Finale : D’une belle longueur, fumée et surtout épicée.

Glenlivet Nàddura First Fill Single Malt Scotch 59,8% – 95,25$

CSW : De la série Nàdurra, celui-ci est vieilli en ex-fûts de bourbon de premier remplissage. Embouteillé en brut de fût, sans filtration à froid ni colorant, ce whisky avance toute la texture et l’intensité, avec des saveurs fraîches de desserts aux agrumes sucrées, la vanille, le chocolat blanc et les fruits caramélisés. 

QW (2017) : André 88%Bien influencé par le fût mais qui laisse aussi beaucoup de place au new make spirit et à l’épine dorsale des saveurs afin de prendre place; vanille, miel, sirop de fruits, poires, ananas, pomme poire, gummy bears. Les saveurs sont amples en bouche, la première gorgée est corsée mais les succéquentes sont incroyablement douces et l’alcool perce l’édredon de saveurs duveteuses d’agréable façon. Encore le sirop de fruits, la salade de fruits ou le jus de salade de fruits, grosse vanille généreuse, agrumes, léger acéré sec et astringent apporté par le chêne, discrètes épices. Finale longue, savoureuses notes fruitées avec une morsure d’alcool envoûtante. Un bel exemple de l’influence des fûts et idéal lorsque dégusté avec le Nadurra Oloroso.
Patrick 89%Savoureux et intense, l’un des meilleurs rapports qualité/prix des cask strength en fûts “first fill”. Nez : Agrumes, vanille et bois, un parfum très frais. Bouche : Fruits tropicaux, ananas, bananes et agrumes. Avec du sucre blanc brûlant, du bois frais et de belles épices. Finale : D’une belle longueur.

Cragganmore Distillers Edition Single Malt Scotch 40% – 96,00$ Exclusif SAQ Signature

CSW : Comme les autres “Distillers Edition”, il s’agit d’un whisky ayant subi un vieillissement supplémentaire dans un deuxième type de fût : des fûts ayant contenu du Porto. La sucrosité et l’opulence du fruit en provenant se marient bien avec la légère fumée et le caractère malté et céréalier naturelle des Cragganmore.

GlenAllachie 10 ans Cask Strength Batch 1 Single Malt Scotch 54,8% – 116,25$

CSW : Première édition (on imagine de plusieurs) du 10 ans en brut de fût. Combinaison impressionnante d’ex-fûts de Xérès Pedro Ximénez et Oloroso, de fûts américains et de bois blanc. Édition limitée de 2000 caisses internationalement. On peut espérer un whisky assez riche, avec beaucoup de fruité, de dessert au chocolat, de noix et de sucré.

QW (2019) : André 85%Relativement discret, il faut se donner du temps pour décortiquer le tout. Ananas et poires, poivre, sherry, oranges, miel, fruits séchés. Beaucoup de corps en bouche, belle texture proche de celle rencontrée dans le 12 ans d’âge, côté huileux collant intressant. Niveau saveurs, je demeure mitigé; poires, ananas, melon au miel, vanille, miel, oranges sanguines. Sensation de fût brûlé et de poivre en fond de bouche, l’alcool est puissant qui se termine par des notes de chocolat. Finale amère, tannique, sur le bois brûlé et des notes poivrées et épicées.
Patrick 89%Un très bon et surtout unique whisky! J’attends les prochaines batchs avec impatience!! Nez : Miel et bruyères, caramel, roses et chocolat! Menoum! Bouche : Bruyère, miel, bois épicé et roses. Et on ne sent presque pas la force de l’alcool. Finale : D’une belle longueur, marquée par le bois frais et la vanille.
Martin 87%Nez: Pommes mijotées, miel et oranges. Orge, fruits secs, caramel et chêne. Une légère agressivité annonce son taux d’alcool. Bouche: Fruits rouges et miel, bois et caramel, texture enveloppante. L’alcool est loin de me déculotter comme je m’en attendais. Sherry, orange, dattes et raisins. Superbe, le nez n’était pas si dénonciateur que ça. Finale: Longueur moyenne, mais saveurs franches de bois et de xérès. Tannins du vin du fût original, vanille. Équilibre: Un très bon whisky, Glenallachie gagnerait à mettre en marché des éditions plus fortes que 46%.

Dalmore 15 ans Single Malt Scotch 40% – 145,25$

CSW : Ce whisky a vieilli 12 ans en ex-fûts de Bourbon, pour finir 3 ans en ex-fûts de Xérès de trois types : Amoroso, Matusalem et Apostoles. Explosion de saveurs de fruits rouges sucrés et séchés. Une acidité est présente pour garder la fraîcheur du bouquet. Très bien, mais aurait définitivement pu être embouteillé à plus haut degré alcoolique. 

QW (2013) : André 75%Un manque de personnalité épouvantable, du sherry mal présenté, un fût qui sent le pourris et les p’tits bas. Si cela se voulait un scénario pour démontrer l’effet du sherry, l’histoire est présentée de façon malhabile, prévisible et le punch est autant boring que d’écouter Titanic et de se demander si le bateau va couler à la fin du film.
Patrick 86%Un très bon whisky, tout en retenue et si bien équilibré! Si ce n’était de la trop grande dilution, il serait excellent. Bref, pour ceux qui ont l’habitude d’ajouter de l’eau à leur whisky! Nez : Joli parfum suave et tout en retenue, présentant des notes de chocolat au lait, de vanille et de petits fruits des champs. Bouche : Toujours suave, plein de chocolat, de vanille et de petits fruits. Que demander de plus? Finale : Un peu courte, probablement à cause de la trop grande dilution.
Martin 84%Nez: Assez racé? Malt, musc, noix et chêne. Fruits tropicaux et raisins secs. Chêne légèrement poussiéreux. Bouche: Miel chaud, raisins juteux, dattes, xérès, oranges, épices et bois. Très bon, mais très peu subtil à la fois. Finale: Bien ficelée, elle nous emmène sur la fin avec une belle progression représentative des saveurs énumérées précédemment. Équilibre: De belles saveurs, franches, mais sans se laisser désirer. Un bon scotch, mais pour le prix on repassera…
RV 78%Je préfère encore Off Région Sauvage au gros cigare à 2 dollars pour éloigner les moustiques. Un sherry tellement surpuissant qu’il écrase la cerise et l’orange qui tentent de se faire sentir, accompagnés d’un caramel discret mais quand même agaçant. La finale commence avec un boom de caramel, puis le cigare prend place sans lâcher prise, d’une manière désastreuse. Mise à part pour son Dalmore Cigar Malt, cette distillerie a encore beaucoup à faire pour me convaincre de son bon goût, la piètre finale de cette exemple faisant tout le contraire.

Aultmore 18 ans Single Malt Scotch 46% – 195,00$ Exclusif SAQ Signature

CSW : Rarement embouteillé officiellement par la distillerie elle-même, cette distillerie met de l’avant l’impact considérable de l’eau de source locale. Du miel, des fruits du verger, des céréales cuites encore bien chaudes. Assez léger comme 18 ans, un peu comme un Glenmorangie 18, mais sans les agrumes et avec plus de miel.

Dalmore King Alexander III Single Malt Scotch 40% – 303,50$ Exclusif SAQ Signature

CSW : Un Dalmore haut de gamme âgé dans plusieurs fûts différents énumérés dans l’évaluation de Québec Whisky. Très fruité, avec un beau côté floral surprenant. Une impression de malt toréfié.

QW (2014) : Cette version de Dalmore est issue d’un assemblage subtil et résolument unique de 6 fûts : Bourbon, Madère, Marsala, Porto, Xéres et d’un grand vin français.Une fierté toute légitime de Richard Paterson, Maître Distillateur passionné. Cette luxueuse version de malts âgés est le résultat de la maturation opérée pendant des décennies dans une variété de fûts de vin. Xeres Oloroso âgés et aromatiques et fûts de Madère offrent une structure d’amandes concassées et d’agrumes riches. Les riches Marsala et Porto ajoutent des notes de baies sauvages et de prunes charnues. Des notes de vanille chaude et de caramel crémeux proviennent des fûts de Bourbon âgés combinant avec éloquence le murmure majestueux des fruits rouges mûrs offerts par des barriques de Cabernet Sauvignon.
André 82%Une soie au nez; oranges confites, Grand Marnier, figues, pruneaux et orange, bois de santal. Le nez est évolutif et paisible, doux, c’est oriental comme mélange, à la fois coloré et serin. J’adore ce mélange d’odeurs et de saveurs. Le nez de ce whisky est comme un film dans votre tête, un whisky évocateur, je m’imagine facilement dans un marché indien avec des fruits et des épices sur des étals et quelques volutes d’ansent. En s’aérant, le caramel se réveille fortement, saveurs mi-porto mi-xérez, un nez que la bouche ne réussira jamais à recréer, les saveurs s’effondrant dans une texture molle et sans réelle structure d’où peinent à s’extraire quelques orages nappées de caramel et de chocolat aux noix. Ce whisky est comme un paquet de mots mélangés qui ne peuvent former la prose qu’aurait mérité un amalgame de si belle flaveurs. La finale est l’agonie, cette lente descente annoncée débutée en bouche. Dalmore m’a perdu en chemin et je n’arrive pas à suivre le parcours de cette distillerie que je n’arrive plus à aimer.
Patrick 78%Nez: Xérès moisi. Touche de bits pourri aussi.  Bouche:  Orge sucrée, xérès et touche de chêne.  Finale: Relativement courte et douteuse. Balance:  Encore une fois, Dalmore mets le paquet sur l’emballage au détriment du goût.  Dire que ce fut, il y a longtemps, l’une de mes distilleries préférées.
Martin 83.5%Orange vif et vibrant. Nez: Malt grillé et caramel de plein fouet. Orange sanguine, raisins secs frais et un beau mélanges d’épices exotiques. Exquis. Bouche: Texture assez soyeuse, on continue sur le sucre d’orge, le chocolat à l’orange et quelques noix. L’ensemble est très diffus et noyé dans un sirop sucré. Un peu déçu ici. Finale: Ample, plus ou moins sèche, en continuité avec les saveurs en bouche, tout en y ajoutant le chêne légèrement poussiéreux de la futaille de xérès. Équilibre: Pourtant le nez annonçait de si glorieuses choses… une déconfiture qui doit faire revirer le roi Alexandre III dans sa tombe.

Mister Sam Tribute 66,9% – 350,50$ Exclusif SAQ Signature

CSW : Édition limitée de Sazerac rendant hommage à Sam Bronfman, le dernier Seagram de la lignée. Mélange de whiskys canadiens et américains de l’empire Sazerac, dosé par Drew Mayville. La compagnie nous informe que c’est la première édition d’une série annuelle. Contexte intéressant, mais la meilleure partie reste à voir et déguster.

Categories: Arrivages SAQ

%d blogueueurs aiment cette page :