Évalué par Martin Vigneault

45% alc./vol.
Distillerie Nikka, Yoichi, Hokkaidō et Aoba-ku, Sendai, Préfecture Miyagi, Japon

Le chant du cygne de Nikka lors de la soirée japonaise du 25 février dernier au Club de Scotch Whisky de Québec ne pouvait être que le single malt le plus populaire de la distillerie, encensée de bien des critiques, le Nikka Yoichi 10 ans.

Ce malt très affirmé provient de l’âme de Nikka, sa première distillerie, Yoichi. Située sur l’île septentrionale d’Hokkaidō, Yoichi est le berceau de tout ce que représente Nikka, autant dans ses façons de faire traditionnelles que dans son produit qui n’a rien à envier aux grandes distilleries du Royaume-Uni, et qui ne cesse d’épater le reste du globe.

Comme disait si bien le designer japonais de jeux vidéo et père spirituel de Mario, Shigeru Miyamoto :

La maturité de l’homme, c’est d’avoir retrouvé le sérieux qu’on avait au jeu quand on était enfant.

Coloris orange ambré absolu. Selon la palette Sico, je dirais à mi-chemin entre Floraison de Beijing et Soleil du Désert.

Nez:
Son orge parfumée rappelle le Speyside. Un complexe assemblage s’offre ici à nos narines. Bonne base de vanille et de terre humide. Herbe et céréale à peine sucrée. Pin, voire même le crayon de bois fraîchement aiguisé, sans oublier la fleur que notre inconscient appellerait sakura, vu la provenance de cette expression.

Bouche:
La canne à sucre, le caramel, la vanille, l’herbe, le bois et les épices sont orchestrés solidement par une pointe de fumée.

Finale:
Les épices astringentes du sherry font leur entrée en scène enveloppées de fumée de bois. Belle construction.

Équilibre:
Presqu’un Yamazaki. Structure et complexité à se tirer dans les murs pour un japonais.

Note: ★★★★

%d blogueueurs aiment cette page :