Gordon MacPhail

Cette maison de négoce, plus que centenaire est née en mai 1895.

Etablie à Elgin, elle faisait le commerce d’épices, de vins, de thés.

Les fondateurs James Gordon et John Alexander MacPhail, avaient pour objectif de commercialiser des produits haut de gamme, tout en conservant un prix décent, avec déjà une première approche des spiritueux.

L’épanouissement de la marque, bien qu’elle n’ait jamais effacé le nom de ses pères, est le fruit du travail de la famille Urquhart.

En effet près d’un an après l’ouverture du magasin, un jeune apprenti âgé de quinze ans va rejoindre l’entreprise.

A l’époque ou la méritocratie était encore d’actualité, le jeune John va se démarquer et rapidement grimper les échelons.

Il sera en effet souvent aux côtés de James Gordon, lorsque celui-ci part à la chasse aux fûts de whisky.

Lorsque MacPhail prit sa retraite et que Gordon mourut, John  devint le partenaire principale de la société et développa le projet initié par Gordon, le courtage de whisky.

Il sera visionnaire, en investissant dans l’achat de new make  et en procédant à un vieillissement de longue durée, de célèbres single malt comme Macallan, Mortlach ou Glen Grant.

Il verra également tout l’intérêt de l’achat de ses propres fûts, principalement de sherry, afin de les faire remplir par ces distilleries.

Dans les années ’30 la construction d’un héritage familiale prend forme.

George et Betty, suivis de Gordon en 1950, les enfants de John intègrent la société.

A l’époque Gordon & MacPhail est en possession de la plus large gamme de single malt au monde.

Il faut dire que peu de distilleries destinent leur production à cet usage.

Cet héritage, cette transmission est toujours au centre des préoccupations, la génération présente préparant le travail de la suivante.

C’est ainsi qu’en 2010 et 2011, la maison pu proposer ses plus vieilles versions pour l’époque un Mortlach et un Glenlivet, âgés chacun respectivement de 70 ans.

Le fût 339 de Glenlivet du 03 février 1940, faisait partie d’un lot de quinze autres sherry butt, acquis à la demande du patriarche John, imaginez l’émotion de ses arrières petits-enfants, au moment de présenter le résultat d’une si longue maturation, d’une si longue histoire familiale. 

Cette philosophie permet d’employer plus de cent personnes, les chais recèlent des trésors  profondément liés à l’histoire du whisky écossais.

Bien entendu lorsque le monde fut plongé dans les affres de la guerre, la société pu compter sur la chance, car en effet l’aviation allemande recouvrait régulièrement l’Ecosse d’un tapis de bombes.

Par bonheur elle ne fut pas touchée et la gestion sage des stocks fit de la société le fer de lance du whisky écossais, avec une quantité élevée de fûts en parfait état au sortir de la guerre.

La boutique est toujours située à Elgin, contient toujours une épicerie, mais joyaux du pays, s’étalent dans les nombreuses vitrines un millier de bouteilles fabuleuses.

Durant les années ’60, George lança la gamme Connoisseurs Choice et décida de s’exporter sur des marchés émergents, aux U.S.A., en France ou en Italie

En 1993 le rêve de John vit le jour, avec l’acquisition de la distillerie Benromach.

En 1995 c’est un monument du whisky qui fêta ses 100 ans, plus solide que jamais.

Benromach fut remise en état de produire un excellent whisky, elle fut d’ailleurs officiellement rouverte en 1998 par son Altesse le Prince Charles.

Les générations se suivent, la diversité et la qualité restent au centre des préoccupations.

En septembre 2015, le plus vieux whisky du monde, un Mortlach de 75 ans, a placé une barre presque inaccessible, un fût sorti des chais de Gordon & MacPhail.

Vous pourrez retrouver chez cet embouteilleur une large gamme.

Cask Strength, Connoisseurs Choice, Distillery Labels, Dunkeld Atholl Brose, Generations, MacPhail’s, Private Collection, Rare Old, Rare Vintage, Speymalt, The MacPhail’s Collection.

Ainsi que quelques blends comme Highland Fusilier, des single malt représentatif du caractère de chaque région, les versions Pride of… Islay, Orkney etc.

George Urquhart est décédé en 2001, la société est maintenant entre les mains de la quatrième génération.

Grâce à la générosité des gens de chez Gordon&MacPhail, je vais avoir l’honneur et le privilège de partager un peu l’histoire de la maison, en dégustant un Mortlach âgé de 58 ans.

Très sincèrement jamais je n’aurais cru cela possible et je vous laisse deviner l’émotion qui est la mienne.

Finalement ma note n’ayant pas grande importance face à l’histoire exceptionnelle de ce whisky, qui a probablement été analysé sous toutes ses coutures par de grands noms, je la livre néanmoins le plus humblement du monde.

  • Mortlach 58Y Gordon&MacPhail ‘Rare Old’ 27-01-1954 / 21-11-2012. 1st Fill Sherry Butt n°494. 43%.

Nez : Il se révèle rapidement, sur du sherry bien entendu, l’alcool de noix. C’est plutôt frais, tabac. Patience, voilà qu’arrivent les fruits rouges, les fruits compotés. Quelques confiseries aux fruits rouges, fraise. Camphre et chocolat puissant. Noisettes fraîche et grillées.

Bouche : L’énergie est préservée absolument. Tabac, chocolat, café. Sèche avec un impact épicé, du vieux bois et du thé. Ensuite des pruneaux se montrent, mais aussi une vieille liqueur  de noix et de prunes. L’ouverture prépare à du bois brûlé. Le taux de 43% pourrait faire craindre que celui-ci soit quelque peu éteint, vous seriez surpris croyez moi.

Finale : Légèrement sèche, quelques pruneaux, raisins secs. Longue avec une amertume digne d’un café bien serré. Le tout est très posé maître de lui même.

Merci à Juliette Buchan.

%d bloggers like this: