Évalué par Frank J. Plamondon 

Nom : Laphroaig – 10 ans

Type : Scotch single malt

Région : Islay, Écosse

Taux d’alcool : 43%

Site web : www.laphroaig.com

Disponibilité : SAQ #11534876

La distillerie de Laphroaig (prononcé « La-froigk ») est située dans le sud de l’île d’Islay, entre celle de Lagavulin et de la mythique Port Elen (inactive à ce jour) et tout près d’Ardbeg.  Elle fut fondée en 1815 par les frères Alexander et Donald Johnston.  Originalement, les plans des deux frères étaient d’en faire une ferme!  Heureusement pour les amateurs de scotch d’Islay, alors qu’en 1926, leur premier embouteillage officiel eut lieu.  Depuis ce temps, tout comme ses proches voisins, Laphroaig offre des scotchs au style très tourbé, fumé, maritimes et avec en prime certaines notes  médicinales plutôt particulières.

Ah! Laphroaig, comment dire? Humm? L’une de mes distilleries préférées, je dirais même ma préférée!  Oups, ce sera un peu difficile de rester objectif!  Allez, essayons…

Ma dégustation :

Couleur : Ambre plutôt pâle, tirant sur le doré

Nez : Tourbe, fumée, médicinal

Goût : Tourbe, fumée, antiseptique, salin

Finale : amère, tourbée, très persistante

La couleur ambre est plutôt pâle, tirant plutôt sur le doré.  Le whisky est moyennement sirupeux et laisse des coulisses vagues sur le rebord du verre.

Au nez, c’est assez puissant, en laissant reposer le verre quelques minutes, on sent les odeurs se répandre dans la pièce!  Des odeurs de tourbe légèrement fumée accompagnent des notes un peu médicinales.  Assez discrètement, un petit côté maritime se marie avec une fine pointe épicée de cannelle.

En bouche, c’est puissant, mais pas autant que le nez le laissait paraître.  Des saveurs de tourbe, de fumée et d’antiseptique (le Listerine jaune) sont toutes présentes et bien en force.  La sensation l’alcool est peu présente et c’est plutôt les saveurs médicinales qui nous laissent croire en un taux d’alcool un peu plus fort que 43%.  Une amertume se fait percevoir en début de finale.

Un petit sucré fait son apparition en tout début de finale mais qui est rapidement remplacé par la tourbe et le salin océanique typique au scotch d’Islay. Cette finale est interminable! Sans blague, elle perdure presque jusqu’au lendemain matin… Wow!

Comme pour le Ardbeg, il faut déjà avoir marché sur les sentiers aventureux d’Islay pour l’apprécier pleinement.  Si c’est une première visite, on risque de s’égarer et malheureusement de ne plus retrouver son chemin vers Islay!

J’avais goûté ce Laphroaig pour la première fois il y a une dizaine d’année et j’avais été bien triste d’apprendre qu’il n’était plus disponible à la SAQ.  Quelques années plus tard, il a été remplacé par le Quarter Cask (un autre excellent Laphroaig).  Cet été, lors d’un passage aux États-Unis, je me suis dis pourquoi ne pas renouer avec un de mes premiers amours, ce 10 ans.  Vous constatez que je n’ai aucun regret.  Amateurs d’Islay, une bonne nouvelle pour vous, depuis cet automne il est de retour sur les tablettes de la SAQ!

%d bloggers like this: