Lagavulin 12 ans 1991, 57,8% alc.

Embouteillee en 2003 et vieilli dans des ex fûts de chênes américain.

Nez: agrumes et tourbe puissante, ce sent le vieux cendrier.

Bouche: toaster, tout en puissance, tourbe huileuse et graisseuse, Cest collant et crasseux comme une vieille cheminée qui n’a pas été ramonée depuis des années. Les épices sont aussi présente mais c’est le menthol qui vole littéralement la show ici. Dans ce tourbillon de menthol, le petit cotée salin tente de prendre sa place tant bien que mal mais ce n’est pas évident.

Finale: la tourbe et on y ajoute la vanille à son état brut et les fonds marins qui apporte ce cotée poisson fumée et aussi le coté salin. Surprise c’est tout de même fruité, ce qui ajoute au plaisir de dégustation.

Résumée: des amateurs de whisky tourbee qui n’aime pas lagavulin? Ce 12 ans est de loins supérieur à son petit frère nouvellement arrivée sur nos tablettes. Aussi brute que son petit frère mais beaucoup plus équilibrée et aussi plus en complexité. La texture est hallucinante, le nez et la bouche nous boulverse tandis que la finale nous tappel à quel point cette maison est spéciale. Bravo!!!!!!!

Note: 4/5

%d blogueueurs aiment cette page :