D’entrée de jeu, le Podium nous présente un nez qui peut bien déjouer nos sens. La prune y est intense, la cerise noire vient l’appuyer en arrière-plan, et le lys blanc émerge. Je suis mystifiée. Ce qui s’annonçait comme une expérience assez typique de whisky axé sur les fruits séchés, se mue en une toute autre. Je suis attentive. À la première gorgée, je découvre certes les fruits secs, mais ils sont doublés de guimauve fondue crémeuse et laissent percevoir la céréale encore un peu verte qui nous rappelle d’où est issu le nectar en présence duquel on se trouve. Beau travail de la part du maître assembleur, mais pas un coup d’éclat.

-MarieH


%d blogueueurs aiment cette page :