Évalué par Martin Vigneault

45% alc./vol.
Distillerie James B. Beam, Clermont, Kentucky, États-Unis

J’ouvre cet article avec un gros merci à Alexandre Soda Pop des Brasseurs Casseurs pour m’avoir laissé une mignonnette de Jim Beam, afin que j’en fasse la critique sans m’en trouver une bouteille. Je lui lève d’ailleurs mon verre et j’espère qu’il profite bien du Highland Park 18 ans que je lui ai conseillé d’acheter…

Vu les circonstances, vous comprendrez que je n’ai pas de photo de la bouteille, donc je vais présenter en lieu de cela une publicité de l’époque Bond avec Sir Sean Connery, ainsi qu’un cliché d’un autre petit chocolat à la liqueur, cette fois-ci, tenez-vous bien, au Jim Beam.

Les membres de la famille Boehm, originaires d’Allemagne, immigrèrent aux États-Unis en modifiant leur nom pour Beam et commencèrent à vendre du whisky en 1795. Depuis, sept générations de Beam ont possédé et opéré la distillerie, devenue Beam Global Spirits & Wine. Bien que la vente aux États-Unis soit directement gérée par Beam Global, un accord existe entre eux et le Groupe Edrington (Macallan, Highland Park) pour la distribution à l’étranger.

Aujourd’hui c’est l’expression de base qui passe au bâton, tout jeune de quatre ans de vieillissement en barriques flambant neuves de chêne américain.

Comme le disait si bien justement Sir Sean Connery, James Bond lui-même :

Les Chevaliers de l’Ordre National évitent soigneusement d’abréger cette distinction.

Beam-Bond-Ad

Belle étendue de couleurs entre l’ambre riche et le caramel pâle, tonalités classiques de bourbon.

Nez:
Une fois les premiers vents d’éthanol et de carton mouillé apprivoisés, on parvient tranquillement à se délecter sur des douces notes de vanille, de cerise et de Nutella. Un nez de bourbon assez classique, sans surprise et sans ambition.

Bouche:
Doux et léger, relativement ample et sirupeux. La cerise et la vanille tentent une remontée, mais beaucoup trop pusillanime.

Finale:
D’une longueur raisonnable avec une touche de chêne typique d’un bourbon, toutefois plus timide.

Équilibre:
Ma première impression est que ça reste un bon mixer. Mais bon, c’est quand même un whisky appréciable, même s’il aurait tiré profit d’un coup de pied au cul de l’ordre de 3 à 5% sur son degré d’alcool. D’un autre côté, l’avocat du diable dit que pour le prix qu’il en coûte, on serait mal placés pour se plaindre…

Note: 1/5

%d bloggers like this: