Évalué par Martin Vigneault

40% alc./vol.
Distillerie Highland Park, Kirkwall, Orkney, Écosse.

Pour démarrer le bal lors de la grandiose dégustation de mardi dernier au Club de Scotch Whisky de Québec, dégustation portant sur de rares et inédits embouteillages de la distillerie légendaire Highland Park, on nous a proposé une expression se retrouvant en Europe en format de 1 litre, de la Warrior Series, le Highland Park Svein.

Un whisky décrit comme très approchable et convivial, le Svein a été nommé ainsi à cause de l’hospitalité et de la nature généreuse des leaders Vikings de l’époque. On pourrait penser de par ce qu’on en connaît généralement que les Vikings ont toujours été des barbares assoiffés de sang, mais bien qu’ils restent des combattants endurcis et sans merci, les histoires de la Orkneyinga Saga louangent aussi leur générosité pour leurs alliés et amis.

Comme le disait si bien Alexandre Pavlovitch Romanov, aussi connu en tant qu’Alexandre Ier de Russie (1777-1825):

La politesse est plus généreuse que la franchise, car elle signifie qu’on croit à l’intelligence de l’autre.

Doré léger et pâle, comme doté d’un effet d’une certaine transparence.

Nez:
Citron et toffee, orge et chêne, orange et pointe de bruyère. Le miel est ultra-présent, ce qui a pour effet de nous ancrer solidement le nez dans le profil de la distillerie. Démontre une certaine maturité maladroite, surtout quant à son prix.

Bouche:
On reste sur des notes de xérès, de miel, de caramel et d’agrumes. Un peu d’herbe et de fumée, mais à peine. Ça se dégonfle un peu ici, on croirait que son taux d’alcool faiblard a tendance à vouloir diluer les saveurs et rendre l’expérience quelque peu insipide.

Finale:
Moyennement longue, avec un amalgame des notes exprimées plus haut, quelques épices en plus. On voudrait qu’une forte personnalité soit au rendez-vous, mais on est parti pour attendre longtemps.

Équilibre:
Bien que son bas prix, pour 1 litre en plus, est un point en sa faveur, c’est un whisky qui manque un brin de finesse et d’adresse, surtout comparé à l’embouteillage phare de 12 ans de la distillerie. Bien, mais trop soporifique pour en valoir le déplacement.

Note: ★★★★★

%d blogueueurs aiment cette page :