Ce small batch réunit des barrels de premier remplissage uniquement. On espère que sa jeunesse sera plus bienveillante que sur l’édition MacPhail’s Collection que nous avions dégustée

Nez : on part sur une base de fin de repas : du toffee, du citron et du gâteau de semoule. On découvre ensuite de la vanille et des œillets. C’est alors plus boisé et porteur d’un peu de cannelle et de sel. Avec l’ouverture on a du miel qui arrive doucement avec un élément bien rafraîchissant (menthol) accompagnant des herbes (un peu de foin), quelques touches de lait de coco et du poivre blanc. L’eau fait ressortir un peu de chocolat au lait et du miel. Il semble plus épuré mais un peu plus facile d’accès.

Bouche : la texture est bien ronde et accompagnée par du miel. On retrouve immédiatement le malt et le caramel d’un côté et le citron (bien présent) et les épices chaudes (poivre, cannelle) de l’autre. On repasse alors sur du menthol, du chocolat et des fruits blancs discrets (jus de poire) avant que le sel et un voile de fumée n’apparaissent sur la seconde partie de bouche. C’est simple mais généreux, il faut le reconnaître. La dilution fait clairement ressortir les épices qui ont tendance à phagocyter le profil, surtout que le citron vient se mêler à la guerre menée contre la douceur miellée. Une approche qui n’est pas des plus subtiles mais qui a le mérite d’être diversifiée.

Finale : c’est long et plutôt persistant avec toujours du miel et des fruits qui se font bousculés par du citron. On retrouve le sel et les épices teintées de bois sur l’arrière-bouche qui demeure bien fraîche. L’eau le rend plus citronné mais sans perdre sa composante boisée.

Un Highland Park qui ne fait pas dans la souplesse ou l’équilibre parfait. Puissant, bien réchauffé par les épices, il offre un citron aux accents de miel, de malt et de caramel.

Note: 84

%d bloggers like this: