55.5% alc./vol.
Glenturret Distillery, Crieff, Highlands, Écosse

C’est celle du centre sur la photo.

Ma dernière mignonnette de voyage est une expression de la distillerie Glenturret, mis en bouteille par l’embouteilleur indépendant Hart Brothers. Non Steve, pas les lutteurs…

Du haut de son 55.5% d’alcool et de ses 10 ans d’âge, ce cask strength provenant d’hier un repaire de contrebandiers, d’aujourd’hui la demeure de la Famous Grouse Experience m’a pris dans son filet et j’ai dû y gouter.

Malheureusement le constat qui s’en dégage est que les frères Hart auraient du le rabaisser autour de 43% à 46% pour vraiment le savourer au maximum. Pour dire comme feu Owen Hart lors de son dernier safari au Sri Lanka:

Si tu tombes dans le mortier, échapperas-tu au pilon?

Un fait méconnu concernant la distillerie est qu’un des ses anciens employés y détient un authentique record Guinness. Il s’agit de Towser le chat, responsable du contrôle de la vermine de 1963 à 1987. Les responsables du renommé livre des records ont statistiquement estimé à plus de 28 000 le nombre de souris attrapées sous son oeil vigilant. Sur ce, passons à table…

Nez:
Surprise nette d’acétone, forte acidité. Se dégage ensuite savon, miel et fleurs. Ça ne sied pas à tous d’être laissé brut de fût. Après quelques gouttes d’eau, on sent du chou à la crème, infiniment plus plaisant.

Bouche:
Miel, lavande, épices, texture huileuse voire même savonneuse. Un commencement doux suivi d’une attaque de cannelle. un filet d’eau rend les gorgées incroyablement plus veloutées.

Finale:
Très chaude et épicée. Une légère vague de mûre descend tranquillement ensuite.

Équilibre:
Un cask strength sans grande personnalité. Une fois dilué un tout petit peu, tout son charme prend l’avant-plan. S’il avait été plus près des 40 à 45% d’alcool, j’aurais volontiers payé plus encore pour la bouteille. En plus le coût de revient de l’embouteilleur aurait été inférieur. Profits mirobolants garantis. Il faut croire que les frères Hart pensent comme des lutteurs après tout.

Note: 2/5

-Martin Vigneault


%d blogueueurs aiment cette page :