Évalué par Martin Vigneault

43% alc./vol.
Distillerie Dailuaine, Aberlour, Speyside, Écosse

Le troisième frappeur à la dernière soirée de 2013 au Club de Scotch Whisky de Québec est un embouteillage spécial de nos amis connaisseurs chez Gordon & MacPhail, dans la collection Connoisseurs Choice, un malt de rien de moins que quinze ans, le Dailuaine 1995.

La distillerie Dailuaine a été fondée en 1852 près de la ville d’Aberlour dans le Speyside écossais. Elle vend la presque totalité de son single malt à des embouteilleurs indépendants, le reste étant incorporé dans certains blends de Johnnie Walker.

Gordon & MacPhail a lancé la gamme des Connoisseurs Choice dans les années 60 et elle compte aujourd’hui au-dessus de 100 single malts provenant d’à peu près toutes les régions de l’Écosse.

Comme l’aurait si bien dit l’écrivain et philosophe français François-Marie Arouet, mieux connu sous son nom de plume Voltaire (1694-1778):

Tant de livres faits sur la peinture par des connaisseurs n’instruiront pas tant un élève que la seule vue d’une tête de Raphaël.

Il arbore des reflets d’un ambre pâle et la belle clarté d’une paille riche.

Nez:
La céréale jeune et les cours d’eau du Speyside nous sautent tout de suite au nez, suivis d’une vague sucrée et fruitée qui se termine sur des notes de kiwi et de lychee poivrées de citron. On sent vraiment la jeunesse de ce malt au nez, et malheureusement ça ne lui fait pas.

Bouche:
Réchauffe la bouche avec du miel et du citron sur des accents de céréales légères très sucrées. Le fait qu’on soit ici à plus de 40% d’alcool est un trait un tantinet rédempteur. Si j’étais enrhumé et qu’un gros Saint-Bernard m’en apportait dans son petit tonnelet accroché au cou comme dans la pub de Neo-Citran, je suis certain que je serais pas mal plus prestement remis sur pied.

Finale:
Moyennement longue et baignant dans une salade de fruits dans son sirop, accompagnée d’un vent de parfum cheap de directrice d’école à saveur de pneu neuf.

Équilibre:
C’est un embouteillage honnête dans son ensemble, mais qui ne vaut certainement pas le voyage en Europe. C’est un vieillissement en fûts de xérès de deuxième remplissage, c’est-à-dire qu’un autre whisky y est déjà passé avant, et on dirait que ce Dailuaine y a laissé un petit peu de son âme…

Note: ★★★★★

%d bloggers like this: