46% alc./vol.
Distillerie Glenmorangie, Tain, Highlands, Écosse

Ah, Glenmorangie. Une des grandes distilleries d’Écosse dont la renommée n’est certainement plus à faire. L’origine du nom provient du gaélique gleann mór innse, en français “vallon des grandes prairies”. Selon les publicités, on pourrait aussi dire gleann mor na sith, ou “vallon de la tranquilité”.

La distillerie se targue de posséder les alambics les plus hauts en Écosse (huit mètres). Elle produit des expressions de 10 (original), 18 et 25 ans, ainsi qu’une gamme spéciale avec finition en fûts hors du commun, tels sherry, porto, vin toscan et celui qui nous intéresse aujourd’hui, le sauternes.

C’est le chanteur Italo-Belge reconnu Frédéric François qui disait souvent:

Les seules choses qui sont impossibles à finir sont celles que l’on ne commence pas.

Une fois le verre levé à la lumière, ce scotch arbore une belle robe dorée à l’image de som nom.

Nez:
Même avec le nez à plus d’un pied du verre, les raisins et le sucre nous saisissent. Une fois dedans, assaut de sauternes, chêne grillé et brioche à la cannelle.

Bouche:
Plénitude en bouche. Overdose de miel, de fruits, de fleurs, de malt. Un vrai feu d’artifice qui donne la joie de vivre.

Finale:
L’orge nous conduit vers un chausson aux pommes chassé par un verre de cidre de glace.

Équilibre:
Excellente idée cette finition en fûts de sauternes. Dommage qu’il soit un si bel additif à ma fondue au fromage, ça en laisse moins pour boire.

Note: 4/5

-Martin Vigneault

%d bloggers like this: