Glendronach 12

Glendronach est une distillerie des Highlands située près de Forgue et puise son eau de la Dronach Burn. La distillerie a été fondée en 1826 par James Allardice et elle a été achetée seulement quatre ans plus tard par Walter Scott. Au fil des années, la distillerie a été vendue plus souvent que les Rams de Cleveland / Los Angeles / St. Louis / Los Angeles. Après que James Allardice a vendu sa distillerie à Scott, Glendronach fut vendue au Capitaine Charles Grant (fils de William Grant, fondateur de Glenfiddich), William Teacher and Sons, Allied Distillers, Pernod Ricard et Chivas Brothers, et finalement à la BenRiach Distillery Company.

Le Glendronach 12 ans est élevé dans une combinaison de fûts de sherry (xérès) Pedro Ximénez et Oloroso pour la totalité de sa maturation. Ce malt est un véritable sherry-bomb. Plusieurs amateurs de scotch sont réticents d’avouer qu’ils aiment les whiskys fruités. Les scotchs tourbés, fumés et corsés de la région de Islay, comme Lagavulin, Laphroaig et Ardbeg, c’est ça qu’on est censé aimer une fois qu’on développe un palais expérimenté! Du moins, c’est ce qu’on croirait en lisant les babillards en ligne. Bref, un léger sexisme est souvent présent lorsqu’on suggère que le scotch fruité est très doux et « féminin ».

Nez: raisins, figues, vin chaud aux épices, vanille, légères notes de poires

Bouche: entrée en bouche très plaisante, texture onctueuse, saveurs de dates, caramel, cerises burlat, et oui, une légère note de réglisse rouge Twizzlers

Finale: durée moyenne, encore fruitée (les cerises sont toujours présentes), un peu poivrée et une légère note de caramel.

Le Glendronach 12 ans est embouteillé à 43% donc je ne me suis jamais donné la peine d’y ajouter la moindre goutte d’eau. Malgré le fait d’être un sherry-bomb, le whisky est bien équilibré et n’est pas, selon mon évaluation, trop sucré. Je crois qu’ajouter de l’eau changerait la texture somptueuse de ce whisky. Non merci. Ce malt est un digestif idéal. Il est assez riche pour remplacer le dessert.

Il est difficile de reprocher quoi que ce soit à ce whisky. Ce n’est pas le malt le plus complexe au monde ; il appartient carrément à la catégorie des whiskys « fruités », mais il ne prétend pas être autre chose. Le Glendronach 12 est un whisky qui ne coûte pas trop cher (relativement), et il est très facile à déguster. Mes scotchs préférés sont les whiskys tourbés et fumés, mais ces derniers sont comme le groupe Rush (un de mes groupes préférés); ils ont tendance à polariser les gens. Soit on adore Rush, ou on les déteste. Les scotchs fruités, comme le Glendronach 12 ans, sont plutôt comme le groupe Journey ; vous hésitez peut-être à admettre que vous les aimez, mais vous chantez sans doute « Don’t Stop Believing » lorsque celle-ci passe à la radio. Dans le cas de Glendronach 12, vous accepterez sans doute un petit verre s’il est offert.

86/100

%d bloggers like this: