• Glen Moray 2007 / 2018 Asta Morris. Fresh Bourbon Cask n° AM 104. 270 Bottles. 50%. 

Nez : La fraîcheur et l’énergie de ce fût ne fait aucun doute, tant ces notes de miel et de vanille débordent du verre. Il y a de la puissance, mais l’ensemble est fruité et sirupeux. De la menthe également présente sous la forme de sirop, accompagnée de fruits à tendance exotique, ainsi que d’herbes aromatiques. Il y a des agrumes, mais également quelque chose qui dégage une acidité bien plus subtile que le citron, du yuzu peut-être, de l’abricot cuit. Vraiment une belle richesse pour un whisky de cet âge.

 

Bouche : 50% the golden strength pour ce whisky. Elle allie puissance et accessibilité des arômes. Nous retrouvons une bouche compacte, teintée d’agrumes, de bois imbibé de miel. Encore du caramel, de la vanille. Quelques pointes plus acidulées. Un plaisir instantané. La même constatation s’impose ici que plus haut, une belle complexité pour dix ans de fût. Très équilibré, une parfaite intégration de l’alcool, que demander de plus ? Petite touche mentholée qui vient s’opposer à la sucrosité.

 

Finale : Très fruitée, avec du raisin blanc, de la pomme, mais encore des notes de vanille miellée. Longue, elle va se faire progressivement plus cireuse, avec toujours ce moka vanillé, presque teinté de chocolat. Nous restons sur des agrumes légèrement compotées, ainsi qu’une trace de menthe.

 

Une distillerie pas très en vue, qui démontre ici son potentiel.

Un whisky probablement plein de promesses, mais surtout de fougue, intelligemment mais légèrement diminué par l’embouteilleur, pour encore plus de satisfaction.

Décidément Asta Morris nous régale en ce moment.

 

%d bloggers like this: