Évalué par Martin Vigneault

40% alc./vol.
Edrington Group, Écosse

Toujours à l’affût de trucs que je n’ai jamais goûté, mon épouse m’a ramené du Maine en septembre un blend écossais dont la réputation n’est plus à faire, la fameuse gélinotte huppée, le Famous Grouse.

Datant de 1896, il appartient aujourd’hui au groupe Edrington, donc il ne faut pas se surprendre de retrouver dans sa composition un peu de Macallan et de Highland Park. Ça ne peut pas être mauvais. La preuve en est que c’est le whisky le plus vendu en Écosse depuis 1980.

Fait rigolo, pour ceux qui ont vu le film d’Edgar Wright The World’s End, conclusion de sa trilogie comprenant aussi les brillants Shaun of the Dead et Hot Fuzz, le troisième bar visité par les protagonistes se nomme le Famous Cock, et son logo, même si c’est un coq, rappelle drôlement notre fameuse gélinotte huppée.

En plus j’aime bien le p’tit poulet rouge de leur page d’accueil… Assez farfelu pour le scotch le plus populaire au nord du mur d’Hadrien.

Comme le disait si bien Léodagan, roi de Carmélide:

Qu’est-ce que vous voulez, mon p’tit Bohort : entre son épée qui fait de la lumière, son Merlin qui fait pleuvoir des grenouilles et sa Dame du Lac qui se prend pour une truite, il lui manque plus qu’un numéro de trapèze, au roi des Bretons.

Famous Cock

D’une teinte or absolu que je jugerais même parfaite, on croirait que c’est un résultat précis que les blenders de chez Edrington ont réussi à atteindre avec une maîtrise inégalée. Impressionnant, visuellement du moins.

Nez:
Après avoir dû contourner une infime touche d’alcool, miel, fleurs, cannelle et autres épices s’offrent à nous. Le miel semble particulièrement nous flâner dans le nez. Une légère note de fumée perce le tout. Une expérience qui n’est pas sans rappeler un Té Bheag.

Bouche:
Doux et crémeux, une texture incroyablement mielleuse. Le miel floral du nez à peine fumé revient à la charge. La bouche est définitivement son point fort avec un joyeux mélange de noix, raisins et vanille qui m’évoque un trail mix.

Finale:
Plaisante, quoique courte. Agréable pente déscendente pavée de caramel.

Équilibre:
Excellent scotch de semaine. Bon choix pour initier un néophyte à une dose de complexité pas trop décourageante. N’a rien à envier à son petit cousin, le Black Grouse. Et la cerise sur le gâteau, pour le même prix, il est disponible en format 1,14L au Duty-Free de Beauce/Jackman…

Note: 2/5

%d bloggers like this: