Évalué par Martin Vigneault

46% alc./vol.
Compass Box, Londres, Angleterre

Fondée en 2000 par John Glaser, un ancien de chez Johnnie Walker, Compass Box n’est pas une distillerie en tant que tel, mais plutôt un embouteilleur indépendant. Ils achètent des malts et des whiskys de grain un peu partout en écosse, en produisent des blends qu’ils font souvent ensuite vieillir un peu plus avant de les embouteiller et de les vendre.

Le Peat Monster est une de leurs expressions les plus tourbées. Son étiquette arbore un espèce de monstre, on dirait un étrange croisement entre Cthulhu, un Beholder et le Flying Spaghetti Monster. Compass Box demeure toutefois très discret quant à la provenance des whiskys qui composent ce blend. Tout ce qu’ils ont bien voulu dire, c’est qu’il contient du Ardmore et deux whiskys de l’Islay; l’un de quelque part autour de Port Askaig et l’autre de la côte sud de l’ile. Le tout vieilli dans un mélange de fûts de chêne américain et d’ex-barriques de bourbon.

Comme le disait de derrière sa grosse moustache le philosophe allemand Friedrich Nietzsche:

Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l’abysse, l’abysse le scrute à son tour.

D’une couleur plus pâle que de la paille, on jurerait pratiquement un vin blanc.

Nez:
Vanille, fruits et bacon. Pommes, beurre, amandes fumées et chardonnay. Quand on s’y attarde, une touche d’iode tente un échappé.

Bouche:
Bon malt. Pommes, miel et épices. Vanille, poivre et sel avec un tout petit peu de tourbe.

Finale:
Belle fumée de tourbe et de copeaux de chêne. Menthe et raisins complètent le tout sur un fond de cacao.

Équilibre:
Vraiment intriguant. Mais de là à l’appeler “monstre”, on repassera. C’est tout de même bon et ça se déguste bien, mais je crie au scandale pour fausse représentation…

Note: 3/5

%d bloggers like this: