59.5% alc./vol.
Distillerie Bruichladdich, Bruichladdich, Islay, Écosse

Merci beaucoup à Pierre-Luc pour avoir ramené d’outre-mer cette merveille tourbée à l’aspect aussi noir que la nuit elle-même. Navré, le tube de métal semble avoir eu la vie dure dans le transport car il est malheureusement un peu poqué.

Le Octomore est une expression de la distillerie Bruichladdich qui s’enorgueillit d’être la plus tourbée au monde. Le 5.1 est la cinquième génération de cette expression et affiche un taux de tourbe monumental de 169 PPM. Le PPM, Phenol Parts per Million, est une mesure du phénol dilué dans le spiritueux. Les notes phénoliques sont ce qui donne aux whiskys leur caractère fumé et tourbé, plus il y en a, plus ça goûte, plus ce n’est pas fait pour le débutant.

Oubliez toutes mes blagues de whiskys distillés au Mordor, ils ne sont rien comparés au Octomore, son taux de PPM jumelé à son emballage en font un whisky somptueusement sinistre.

Un jaune pâle témoigne de son 5 ans de vieillissement.

Nez:
Belle tourbe, iode, une promenade au Canadian Tire un samedi matin à l’ouverture. Des vagues d’eau de mer s’écrasent sur les murs. Un bon feu de tourbé d’herbe, de foin et de goudron.

Bouche:
Fumée. Explosion de tourbe. Fumée. Sucré. Fumée. Citron et fruits tropicaux tentent une percée. Mais les sombres nuages de fumée ne laissent rien s’échapper.

Finale:
On sent la puissance de l’alcool épicé et cendré descendre en douceur.

Équilibre:
Un symbole imposant de noirceur et de design épuré.

Note: 4/5

-Martin Vigneault

%d bloggers like this: