40% alc./vol.
Distillerie Corsair Artisan, Nashville, Tennessee, États-Unis

L’avant-avant-dernier whiskey de l’évènement du Club du 5 mars nous appâte avec sa bouteille au look Reservoir Dogs, je parle ici du Corsair Triple Smoke, la batch #66 de surcroît. De quoi faire fuir les madeleines.

Pour en arriver à ce résultat, les artisans de chez Corsair ont pris trois orges maltées et les ont fumées avec chacun un combustible différent. Un fumé au merisier, un à l’hêtre et le dernier à la bonne vieille tourbe. On mélange le tout et on fait vieillir dans des fûts fraîchement brûlés.

Bien que ça le mérite, j’ai presque épuisé toutes mes références Tolkien…

Nez:
D’une couleur ambre rosé, un peu brumeux, presque opaque, mes attentes sont très élevées. La puissance de la fumée de tourbe me prend de court. Les deux autres fumées annoncées y sont même étouffées par la force de la tourbe. Au deuxième nez on peut venir y chercher un léger jambon fumé à la Jura.

Bouche:
Plutôt liquide, pas très ample ou syrupeux. Cuir et feu de tourbe. On sourit quand à l’arrière-plan on vient y déceler un léger sucre de fût vanillé.

Finale:
La fumée de tourbe domine et s’étiole graduellement pour faire place à une pointe de sucre doux.

Équilibre:
Et puis merde pour les références Tolkien, je m’attendais à quelque chose digne du Mordor mais je dois avouer que ça loupe la cible un peu. Comme l’aurait dit Legolas à ma place:

Ils apportent ce whisky en Isengard, en Isengard! Ils apportent ce whisky en Isengard, gard, ga-ga-ga-gard!

Je ne me taperais pas les douanes juste pour ça, mais pour 50$ c’est tout de même honnête.

Note: 2/5

-Martin Vigneault


%d bloggers like this: