46% alc./vol.
Distillerie Ardbeg, Port Ellen, Islay, Écosse

On arrive en fin d’après-midi, Ardbeg Day au bistro Talea tire à sa fin. Ici au Club de Scotch Whisky de Québec, pas le temps de niaiser. On s’est gardé en guise de conclusion épique l’entrée de gamme de la distillerie, le légendaire Ardbeg Ten.

Un petit bout d’histoire, après une première vie allant de 1815 à 1981, Ardbeg fut rachetée et réouverte en 1997 par Glenmorangie, qui appartient à son tour à Louis Vuitton et Diageo. C’est ce qu’on appelle six degrés de distillation.

Comme l’aurait dit le révolutionnaire mexicain Pancho Villa s’il était encore parmi nous aujourd’hui:

Une seule baguette est façile à casser, dix sont dures commes fer.

Très très pâle, presque du new make.

Nez:
La guimauve grillée du Galileo enveloppée d’un nuage de tourbe fumée. Citron-limette et poivre noir.

Bouche:
À peine fumé en comparaison du nez. Un peu citronné, un peu chocolaté. Poivre et cannelle. Assez sucré pour un Islay.

Finale:
Chaude et longue, mais moins intense que je ne l’aurais souhaité. Elle compense son côté faiblard par une durée inépuisable. Tourbe jusqu’au lendemain.

Équilibre:
Pour une expression d’entrée de gamme, ça décoiffe. La pointe de “l’Ardbeg”.

Note: 4/5

-Martin Vigneault

%d bloggers like this: