Évalué par: Thomas Favre

 

 

Le Flaughter est une pelle qui sert à ôter la couche supérieure de la tourbe. Elle est représentée visuellement sur la bouteille avec un style archéologique et montre la nouvelle venue de la tourbe dans la gamme d’An Cnoc. Cette version à 14,8 ppm est supposée être plus marquée que son frère, le Rutter…

Bouche : c’est d’entrée bien fait et assez rafraîchissant et équilibré mais il n’y a pas d’explosion de saveurs, à aucun moment. C’est une bouche assez linéaire. On retrouve du poisson blanc au citron (agrume marqué), un peu transparent, avec toujours en toile de fond ce minéral qui sert de fil rouge. Il y a aussi du sel un peu trop présent, de la coquille d’huître, de la menthe et des amandes amères. Un jolie bouche qui conserve sa mesure mais dont les composantes manquent de tenue.

Finale : un peu trop courte, avec une chute assez brutale. On a du citron bien fumé et un reste minéral avec une pointe d’algue qui tire sur la Tequila. L’arrière-bouche est plus éthérée avec du citron, du minéral et un fond de fumée de cheminée.

Un An Cnoc qui est très plaisant. Le seul problème qui subsiste tout du long est que la puissance nécessaire n’est pas au rendez-vous. En effet, les saveurs sont fluctuantes et laissent une impression de douceur spectrale. Le mix tourbe, minéralité, citron est par contre très agréable.

Note: 86

%d bloggers like this: