Après le 16 ans apprécié par Alex, voici le tour du 12 ans non-filtré à froid. 4 ans de moins au compteur mais 5% de plus pour cette alternative officielle à la gamme classique (comprenez trouvable en GMS)…

Nez : à l’ouverture, on part sur un dram monolithique cafi de caramel au lait. Heureusement, l’aération prolongée lui donne (beaucoup) plus de diversité. On retrouve un peu de confiture d’orange, du café au lait, des cerises marinées et un peu de cannelle. On reconnaît aussi un peu de brioche légèrement miellée et des pommes. Enfin, on a aussi une odeur qui nous amène dans la forêt : aiguilles de pin, fougère, terre humide (sans âcreté). Bien entendu ce n’est pas un feu d’artifice mais un malt qui reste concentré et fondu. Une belle surprise au nez.

Bouche : la texture est riche même si l’alcool se fait légèrement sentir. On retrouve la confiture d’orange, la brioche miellée accompagnés de caramel au lait et surtout du chocolat noir. On a également des céréales avec des fruits secs (muesli, avec notamment de l’abricot et de l’ananas). La seconde de partie de bouche retrouve la cannelle, la girofle, le paprika, l’orange amère, la brioche mais aussi la fougère tout en partant sur des notes de badiane plutôt notables. Une amertume se dégage alors avec des fragrances de gentiane et de feuilles mortes. On a une belle complexité avec un duo céréales/chocolat qui sert de fil conducteur. C’est très agréable grâce à ces 48% qui font la différence au niveau de la sensation en bouche. On regrettera simplement que les saveurs aient du mal à se délier par moment.

Finale : moyenne mais persistante, elle s’étire sur les notes plus fraîches donnant une finale légère tandis que l’orange, la pomme et le chocolat apportent une touche plus sucrée. L’arrière-bouche est sur l’abricot sec et le muesli mais aussi le bois, les épices sus-citées et le thé vert.

Une des bouteilles les plus convaincantes de la gamme régulière de chez Aberlour et qui change de l’avalanche sherry des batches d’A’bunadh. Néanmoins il faut être patient pour qu’il se livre sous son meilleur jour.

Note: 86

%d bloggers like this: