Après le 12 ans non-filtré à froid, on poursuit notre avancée dans la gamme officielle d’Aberlour. Ce petit frère est bien moins puissant et constitue une des bouteilles basales de la distillerie du Speyside.

Nez : on commence avec des fruits secs (amandes, noix) ainsi que du chocolat au lait. C’est alors qu’on sent du miel, de la pâte d’amandes et des raisins secs. L’ouverture apporte une note fraîche (persillade) mais aussi des gaufres au miel. Il se stabilise alors avec une pointe d’orange. Un nez assez bien conçu malgré le manque de watts.

Bouche : la texture est plutôt aqueuse, bien sauvé par l’apparition du miel. On est sur des notes de zeste d’oranges, d’épices (cannelle, poivre 5 baies) et du chocolat au lait. Les épices sont plus présentes en seconde partie de bouche. C’est un Aberlour réduit à sa plus simple expression.

Finale : c’est bien court sur l’orange et la cannelle. La persistance est vraiment inexistante ce qui lui est plutôt préjudiciable. Seule l’orange demeure.

Un Aberlour plutôt agréable au niveau des saveurs mais la puissance lui fait clairement défaut, notamment dans cette finale bien trop pauvre. Un daily dram honnête mais qui oblige à se servir régulièrement pour ne pas perdre les saveurs de la dégustation.

Note: 80

%d bloggers like this: